La Chlorella est naturellement riche en B12

La Chlorella est riche en B12

La Chlorella est naturellement riche en vitamine B12

La vitamine B12 est indispensable en complément de l’alimentation de tous ceux qui consomment peu ou pas de viande (personnes âgées, végétariens, végétaliens). La vitamine B12 est vitale pour nos cellules!

3 grammes de Chlorella Echlorial couvrent les besoins journaliers recommandés (AJR) en vitamine B12.

Attention: seules certaines Chlorelles contiennent de la Vitamine B12 comme la Chlorella cultivée sous tube de verre. La Chlorella cultivée en fermenteur (bioréacteurs) n’est pas exposée a la lumière naturelle, elle ne contient pas de vitamine B12 (voir ci-dessous)

La Chlorella cultivée sous tubes de verre est naturellement riche en vitamines B, notamment en vitamine B12

La Chlorella est naturellement riche en vitamine B12 mais également en vitamines B1, B2, B6  (0,9 à 1,1 mg/100g) et B9 (acide folique : 0,18 à 0,3 mg/100g).
La Chlorella contient au moins 1 µg de vitamine B12 par gramme de Chlorella sèche, soit 3 µg pour 3 g de Chlorella.
La consommation journalière recommandée (AJR) en vitamine B12 par le National Academy of Sciences 1998 et par la commission du Codex Alimentarius 1998  [1]  est de 2,4 µg par jour pour un adulte  [2]. Ainsi, 3 g de Chlorella Echlorial couvrent environ 120 % des besoins journaliers recommandés en vitamine B12.
L’organisme humain ne produit pas de vitamine B12, il faut donc qu’elle soit impérativement présente dans notre alimentation quotidienne et à une teneur suffisante pour satisfaire nos besoins physiologiques.

La vitamine B12 de la Chlorella est bio-disponible pour notre organisme : preuves scientifiques

La Chlorella fait partie des quelques très rares végétaux à contenir de la vitamine B12. En effet, la vitamine B12 est issue du monde animal. Elle n’est produite que par des bactéries. Si la Chlorella en contient en bonne proportion c’est grâce à son mode de culture en lumière naturelle. Ce sont les bactéries qui se développent en symbiose dans le milieu de culture de la Chlorella qui la produisent.

La Chlorella cultivée à la lumière est riche en vitamine B12, même si elle ne la produit pas car ses capacités d’absorption lui permettent de concentrer cette molécule lorsqu’elle est présente dans son environnement de culture et de la stocker.
–    Preuves scientifiques de l’activité de la vitamine B12 issue de comprimés de Chlorella
3 g de Chlorella, soit la dose moyenne journalière recommandée par adulte, fournissent au moins 3 µg de vitamine B12 bio-assimilable, soit plus de 120 % de la dose minimale recommandée par les autorités de santé (2,4 µg par jour pour un adulte).
Des études ont prouvé la présence de la vitamine B12 dans les comprimés de Chlorella cultivée en lumière naturelle (Hiromi Kittaka-Katsura 2002) [3]  .
L’efficacité de la vitamine B12 contenue dans la Chlorella est rendue possible grâce à sa biodisponibilité, prouvée par les études de Watanabe en 2002 [4] .
Matsuura et col. 1991 [5]  ont montré que les rats qui présentent une carence en fer (forte anémie) se rétablissent grâce à l’administration de micro algues telles que la Chlorella.
Rauma et col. 1995 [6]  ont montré, dans une étude menée sur deux ans, que l’alimentation des végétariens peut être suffisamment complémentée en vitamine B12 bio-disponible issue de la Chlorella.

Certaines Chlorelles ne contiennent pas du tout de vitamine B12

Depuis 2014 on trouve sur le marché une chlorella cultivée en France dans un milieu entièrement clos et contrôlé. Celle-ci est produite en fermenteur.

Dans ces conditions de culture, les chlorelles se développent en consommant des sucres présents dans leur milieu. Elles n’utilisent pas la photosynthèse qui n’est possible qu’en présence de lumière.

Ce mode de culture ne permet pas le développement des bactéries qui produisent la vitamine B12. La Chlorella ne pourra pas s’en enrichir, elle en sera totalement dépourvue.

De la vitamine B12, naturelle ou de synthèse, peut aussi être ajoutée à certaines chlorelles cultivées en fermenteur, mais celle ci ne sera pas issue naturellement de son milieu de culture. Il sera alors possible de préciser « Chlorella riche en B12″ mais il ne sera pas vrai de dire « Chlorella naturellement riche en B12″.

La spiruline possède essentiellement une « pseudo » vitamine B12, qui ne permet pas aux végétariens une complémentation suffisante en vitamine B12

La cyanobactérie spiruline contient essentiellement une  ̎pseudo vitamine B12 ̎ encore appelée   ̎B12 analogue  ̎ qui n’est pas active pour l’homme (Watanabe 1999, 2007) [7],[8].

Il a été démontré qu’une unique complémentation des végétariens en spiruline n’évite pas les carences en vitamine B12 (Rauma 2009) [9] .

Réglementation allemande sur l’allégation de présence de vitamine B12 dans la spiruline :
En Allemagne la législation interdit les industriels de présenter la spiruline comme étant riche en B12. Le HCVO, organisme allemand de contrôle des allégations santé, s’est définitivement prononcé à ce sujet le 28.01.2011. Il a pris en considération le fait que la spiruline contient en forte proportion de la vitamine inefficace B12 analogue ou pseudo vitamine B12. Il a donc considéré que l’allégation « riche en vitamine B12 » pour la spiruline est trompeuse. Elle est donc interdite.

Quelques connaissances sur les vitamines B, la vitamine B12 en particulier

–    La famille des vitamines B est absolument essentielle pour la santé.
Les vitamines B sont impliquées dans des centaines de réactions physiologiques essentielles pour le bon fonctionnement de notre organisme, notamment dans :
–    les processus immunitaires,
–    l’équilibre acido basique,
–    l’équilibre hormonal,
–    le cerveau pour le maintien des fonctions cognitives et en prévention des risques de démence.

La présence de vitamines B en bonne proportion est indispensable à notre santé.
–    La vitamine B12 ou cobalamine est une vitamine hydrosoluble. Elle participe à la chaîne de fabrication des globules rouges du sang (l’érythropoïèse) avec d’autres facteurs tels que le fer, l’érythropoïétine (EPO).
La vitamine B12 est un cofacteur d’enzymes, c’est-à-dire qu’elle favorise leur production. Les enzymes obtenus grâce à la vitamine B12 sont particulièrement importants car ils participent au métabolisme des acides nucléiques. En effet, la vitamine B12 agit notamment comme coenzyme dans la synthèse de la méthionine. Cet acide aminé joue un rôle essentiel dans la reproduction, la survie cellulaire, la méthylation des  protéines et de l’ADN.
La vitamine B12 assure une bonne fabrication des neuromédiateurs, elle est indispensable au maintien de l’intégrité du système nerveux et tout particulièrement de la gaine de myéline qui protège les nerfs. Un déficit en vitamine B12 peut entraîner une forme d’anémie, appelée anémie de Biermer.
Dans la nature la synthèse de la vitamine B12   est essentiellement obtenue grâce à des bactéries et des champignons inférieurs. Les herbivores seraient capables d’assimiler la vitamine B12 produite par les bactéries présentes dans leur estomac.
L’homme ne produit pas la vitamine B12. Il faut impérativement qu’elle soit présente dans son alimentation en quantité suffisante. Ses principales sources alimentaires animales en vitamine B12  sont la viande, le poisson, le lait et les œufs.
La vitamine B12  ne se trouve que très rarement mêlée au monde végétal. La consoude officinale et la plupart des algues alimentaires en renferment.

–    Conséquence d’une carence prolongée en vitamine B12
Une carence prolongée en vitamine B12 peut exposer à des complications neurologiques et à une démence précoce.
Le déficit en vitamine B12 concerne une partie importante de la population.  Il peut être lié à un problème de carence alimentaire mais également à des problèmes de santé. Les principales causes de déficit sont :
•    Suite d’une gastrectomie totale ou d’une résection de l’intestin terminal
•    Maladie de Biermer*
•    Maladie de Crohn**

* La maladie de Biermer
La maladie de Biermer est une maladie qui affecte l’estomac. Elle est dite auto-immune, c’est-à-dire qu’elle est la conséquence d’un dysfonctionnement du système immunitaire. En effet, celui-ci s’attaque aux cellules de l’organisme qu’il considère comme étant des cellules étrangères.
La personne atteinte de la maladie de Biermer n’assimile plus la vitamine B12. Biologiquement cette maladie se traduit par un déficit de la sécrétion d’une glycoprotéine de la muqueuse gastrique. Pour les personnes qui ne sont pas malade, cette glycoprotéine protège la vitamine B12 alimentaire de la muqueuse gastrique. La vitamine B12 absorbée via l’alimentation par les malades ne peut donc pas être absorbée du fait du déficit en cette glycoprotéine protectrice.
L’anémie qui en résulte affecte souvent les femmes à partir de 40 ans. Elle peut évoluer vers un cancer de l’estomac.

** La maladie de Crohn
La maladie de Crohn est une maladie intestinale, inflammatoire, chronique et auto-immune.
La maladie de Crohn peut atteindre une ou plusieurs parties du tube digestif, préférentiellement le côlon, une partie du grêle et/ou l’anus. Cette maladie évolue par poussées. Elle se manifeste alternativement en phase de crise, dite phase aigüe, puis en phase de rémission, sans aucun signe clinique. Les principaux symptômes sont des douleurs abdominales, qui s’accentuent après les repas et des diarrhées chroniques. Les personnes porteuses de la maladie de Crohn perdent souvent du  poids dû au fait d’une mauvaise assimilation / d’absorption des nutriments. Les phases aigües peuvent être accompagnées de poussée de température. L’état de fatigue est chronique.
La maladie de Crohn est une maladie qui touche peu de personnes malgré le fait que l’on en dénombre un peu plus chaque année. En France on estime 60 000 malades en 2005.
Sources : Wikipédia, le magasine Pratique de santé, Hors série n°24

 

La population est carencée en vitamine B12

On trouve essentiellement la vitamine B12 dans la viande. Ainsi, les personnes âgées et surtout les végétariens et végétaliens, sont les populations les plus touchées par une potentielle carence en vitamine B12.
La Chlorella apparait être un complément alimentaire précieux voire même indispensable pour tous ceux qui suivent des régimes pauvres ou exempt de viande donc sans apport suffisant en vitamine B12.
Des études épidémiologiques montrent qu’une carence en vitamine B12 concerne 5 à 15 % des personnes âgées (Stabler 1997)[10]  et également un grand nombre de végétariens (Hermann 2003) [11], [12] .
Les déficiences en B12 sont relativement fréquentes. Elles ne concernent pas que les personnes âgées et les végétariens ou végétaliens mais également les femmes enceintes et les personnes souffrant de maladies chroniques. On estime que 5 à 15 %, selon les lieux géographiques, de la population sont touchés par un problème de carences en vitamine B12 (Stabler 2004)[13] .
Les personnes carencées sont susceptibles de troubles graves pour leur santé à moyen et long terme. Le déficit en B12 est insidieux, les dommages ne sont perceptibles que lorsqu’ils ont déjà causés de sérieux dégâts. Les carences en B12 ne sont pas souvent diagnostiquées par les médecins. En effet,  la symptomatologie associée à cette carence étant complexe, le diagnostic précoce n’est pas simple.
Selon des études récentes, il semble que l’efficacité de la complémentation en vitamine B12 de synthèse soit très discutable. Il convient donc de privilégier les compléments naturels. Il est rappelé que la spiruline ne permet pas une complémentation suffisante en B12.

Depuis plusieurs années déjà, les autorités américaines recommandent vivement une complémentation quotidienne systématique en B12, bio assimilable, à tous les végétariens et à toutes les personnes de plus de 50 ans.
Il est rappelé que seule la B12 issue de produits naturels est assimilable.

Exemples de résultats d’études qui soulignent les effets délétères liés à une déficience en vitamine B12

* Une étude publiée par l’Université d’Oxford (2007) [14] montre que la vitamine B12 semble être une protection contre la réduction du volume cérébral des personnes vieillissantes.
La vitamine B12 serait donc une protection contre les risques de démence.
“ The study, published in the American Journal of Clinical Nutrition, followed 1648 participants for 10 years and also found that increased levels of the amino acid homocysteine doubled the risk of dementia or cognitive impairment. Previously, epidemiological studies have reported that high levels of the amino acid homocysteine are associated with suspected or confirmed dementia. Indeed, the Framingham study reported that people with homocysteine levels above 14 micromoles per liter of serum had twice the risk of dementia.”

* L’étude menée par des chercheurs américains (Vogiatzoglou et col. 2008) [15] sur des souris, ont mis en évidence qu’une déficience en vitamines B pouvait causer des troubles de la cognition et réduire de façon significative les capacités d’apprentissage. La déficience en vitamines B observée s’accompagne d’une réduction de la densité et de la longueur des capillaires cérébraux responsables d’une variation de l’activité vasculaire.
“American researchers have found a diet deficient in vitamin B can cause cognitive dysfunction and significantly reduce learning capacity. They observed that mice fed a diet deficient in folate, B12 and B6 had reduced brain capillary length and density – vascular changes that caused cognitive dysfunction.
« Metabolic impairments induced by a diet deficient in three B vitamins : folate, B12 and B6, caused cognitive dysfunction and reductions in brain capillary length and density in our mouse model, » said lead researcher, Aron Troen, PhD. « The vascular changes occurred in the absence of neurotoxic or degenerative changes. » »Mice fed a diet deficient in folate and vitamins B12 and B6 demonstrated significant deficits in spatial learning and memory compared with normal mice. »

Sources

[1] Code Alimentarius, programme mixte FAO/OMS sur les normes alimentaires, rapport de la commission du 25 septembre 1998.

[2] A Report of the Standing Committee on the Scientific Evaluation of “Dietary Reference Intakes and its Panel on Folate, Other B Vitamins, and Choline” and Subcommittee on Upper Reference Levels of Nutrients, Food and Nutrition Board, Institute of Medicine 1998

[3] HIROMI KITTAKA-KATSURA, Purification and Characterization of a corrinoid compound from Chlorella Tablets as an algal health food. J.Agric.Food Chem.2002, 50, 4994-4997

[4] WATANABE F and co., Characterization and bioavailability of vitamin B12-compounds from edible algae. J Nutr Sci Vitaminol (Tokyo). 2002 Oct; 48(5):325-31.

[5] MATSUURA E., Nemoto, T., Hozumi, H., Izumi, K., Sait, Y., Ispida, H., Fukimbara, T., Kawahara, H.: Effect of chlorella on rats with iron deficient anemia; Kitasato Arch. Exp. Med. 1991, 64(4), 193

[6] RAUMA AL., Torronen, R., Hanninen, O., Mykkanen, H.: Vitamin B12 status of long-term adherents of a strict uncooked vegan diet (« living food diet ») is compromised; J. Nutr. 1995, 125(10), 2511

[7] WATANABE F, KATSURA H. Pseudo-vitamin B12 is the predominant cobalamide of the algal health food, spirulina tablets. J.Agri Food Chem, 1999 Nov; 47(11):4736-41

[8] WATANABE F Vitamin B12 sources and bioavailability, Exp Biol Med (Maywood) 2007 Nov; 232(10):1266-74

[9] RAUMA Anna Lisa (University of Kuoplo Finland) Vitamin B12 status of long-term adherents of a strict uncooked vegan diet (‘living food diet’) is compromised. Journal of nutrition December 3, 2009

[10] STABLER SP et col. 1997. Am J Clin Nut. 66 :741-749

[11] HERRMAN W et col. 2003 Am J Clin Nutr 78 :131-136

[12] Recommendation of the Vegan Society. Founded in 1944 in the UK

[13] STABLER SP and co. Vitamin B12 deficiency as a worldwide problem. Annu.Rev. Nutr. 2004. 24:299-326

[14] American Journal of Clinical Nutrition 2007 / University of Oxford. Increase vitamin B12 levels may reduce the rate of age-related cognitive decline and dementia by 30 per cent.

[15] A. Vogiatzoglou, H. Refsum, C. Johnston, S. M. Smith, K. M. Bradley, C. de Jager, M. M. Budge, A. D. Smith « Vitamin B12 status and rate of brain volume loss in community-dwelling elderly » Neurology 9 September 2008, Volume 71, Pages 826-832

Commentaires

Réagir